Confrontation de Saad Lamjarred avec la plaignante

Saad Lamjarred

L’affaire Saad Lamjarred semble reposer sur une éventuelle confrontation avec la plaignante.

C’est en tout cas l’une des cartes que veulent jouer les avocats de Saad Lamjarred, dont notamment le Me Eric Dupond-Moretti. Sauf que l’accusatrice de Saad Lamjarred ne semble pas prête pour l’exercice. De quoi s’agit-il exactement ?

La confrontation est une mesure permettant au juge d’instruction, aux policiers et aux gendarmes, de mettre en présence plusieurs personnes, afin qu’elles s’expliquent sur des faits dont elles donnent des versions différentes.

En cas de manque de preuves physiques, le juge peut exiger cette confrontation en urgence. Or, dans le cas de Saad Lamjarred, c’est la défense qui demande la confrontation avec la plaignante. Ceci n’est pas évident puisque Saad Lamjarred, toujours en détention, est mis en examen fin octobre en France pour «viol aggravé».

La jeune femme, au moment de déposer la plainte, souffrait «de lésions traumatiques», nous apprend la presse française qui cite des sources judiciaires. Toujours selon les médias de l’hexagone, Saad Lamjarred était «ivre et sous l’emprise de drogues au moment de son interpellation».

D’où le caractère «aggravé» de l’accusation formulée par le parquet de Paris. Ces éléments ne jouent pas en faveur du chanteur. Ainsi, même si la défense veut la confrontation avec l’accusatrice, il se peut que le juge n’y voie guère d’intérêt, ou du moins l’urgence de la requête.

Saad Lamjarred encourt jusqu’à cinq ans de prison, assortie d’une amende de 75.000 euros (environ 800.000 dirhams). Cette peine peut être augmentée jusqu’à vingt ans si l’agression est commise avec une ou plusieurs circonstances aggravantes ou si l’acte a été commis sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants. Saad Lamjarred a toujours contesté les faits.

Ce n’est pas la première fois que le chanteur fait l’objet de tels chefs d’accusation. En 2010, il a été accusé par une Américaine de l’avoir agressé physiquement et sexuellement. La plaignante l’accusait également d’avoir fui les Etats-Unis vers le Maroc afin d’échapper à la justice. L’affaire a resurgi en mai 2016, lorsque la victime a découvert son présumé agresseur sur Youtube, dans sa vidéo “Lm3llem”. A l’époque des faits, Saad Lamjarred était encore un inconnu du grand public et sillonnait les petits bars de Brooklyn dans le but de se faire connaître.

Partager/l'article/la page

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.