by

Eau – Programme national d’approvisionnement en eau potable

Une rencontre sur la mise en place du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a été tenue, mardi, dans le siège de la préfecture de la province de Tétouan.

Présidée par le Wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, gouverneur de la préfecture de Tanger-Assilah, Mohamed Mhidia, en présence des gouverneurs des préfectures et provinces de la région, ainsi que les présidents et membres des conseils élus, des chambres et des associations professionnelles, cette rencontre a été marquée par des présentations sur les moyens à même de développer l’offre en eau potable et d’améliorer la gestion de cette richesse afin d’accompagner le développement que connaît la région sur tous les niveaux.

Dans ce sens, M. Mhidia a indiqué que cette rencontre de communication vise à sensibiliser quant au contenu du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, dont la cérémonie de signature de la convention cadre a été présidée par SM le Roi Mohammed VI, notant que le programme vise la consolidation et la diversification des sources d’approvisionnement en eau potable, l’accompagnement de la demande pour cette denrée inestimable et la garantie de la sécurité hydrique du Maroc.

Après avoir passé en revue les cinq axes du programme, qui mobilise une enveloppe budgétaire de 115,4 milliards de dirhams, le Wali de la région a précisé qu’il tend également à fournir les conditions nécessaires au développement local et au renforcement du nombre des barrages au niveau national.

S’agissant de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, M. Mhidia a fait savoir que le programme prévoit la construction de plusieurs grands barrages, estimant qu’ils viendront renforcer davantage le potentiel de la région en termes de barrages, dont le nombre atteint actuellement 14, avec une capacité de stockage allant jusqu’à 5.243 millions de m3.

Le taux de remplissage des barrages de la région atteint 59%, soit un déficit en réserves d’eau de 6,7% par rapport à l’année précédente, a-t-il ajouté, relevant que les prévisions révèlent un déficit durant l’été 2020 au niveau des systèmes hydriques de Targuist et Ouezzane, déficit pour lequel les autorités locales et les services concernés veillent à trouver des solutions immédiates.

Le programme accompagne, au niveau régional, une couverture globale des périmètres urbains en eau potable (taux d’approvisionnement actuel: 98%) et le renforcement de l’approvisionnement en eau potable dans le milieu rural (84% actuellement), a précisé M. Mhidia, évoquant les efforts pour la réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation des espaces verts ainsi que le golf de Tanger et de Tétouan.

Le Wali de la région a également relevé que la superficie des terres irriguées a atteint 65.000 hectares sur un total de 710.000 hectares de terres arables dans la région, notant que les dix dernières années ont connu la mise en place de nouveaux périmètres d’irrigation sur 25.000 hectares, et ce dans le cadre du Plan Maroc Vert, outre l’aménagement et la modernisation de petits et moyens périmètres d’irrigation.

Ces acquis ont permis à la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima d’atteindre un niveau avancé en termes de développement économique et social et de relever plusieurs défis liés aux changements climatiques lors des dernières années, a estimé le M. Mhidia, louant la vision anticipative du programme national, qui permettra de fournir des solutions radicales à la problématique d’approvisionnement en eau et de sécuriser les besoins d’irrigation de manière totale.

Pour sa part, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos, Abdelhamid Benabdelfadel a indiqué, dans une déclaration à la presse, que le programme national vise à construire quatre grands barrages au niveau de la région, avec une capacité totale de plus de 1.400 millions de m3, ainsi que 41 barrages collinaires, et à étudier la possibilité d’élévation du barrage d’Ibn Battouta (préfecture de Tanger-Assilah) et du barrage El Jomaâ (Targuist). Ces projets visent à accompagner le développement économique et social de la région, qui regorge de ressources hydriques importantes excédentaires, dont peuvent bénéficier d’autres régions du Royaume, a-t-il estimé.

Quant au directeur régional de l’Office national de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE), Mohamed Ilyas Mansouri, il noté que l’investissement de l’Office dans le cadre de ce programme dépasse 4 milliards de dirhams, visant principalement le renforcement de l’approvisionnement en eau potable des centres urbains et ruraux, passant en revue dans ce sens nombre de projets structurants programmés durant la période 2020-2027.

Par ailleurs, le directeur régional de l’agriculture, Adil Bennour, s’est penché sur la déclinaison du programme national au niveau régional, qui permettra de passer du système traditionnel d’irrigation au système du goutte-à-goutte au niveau de plus de 10.000 hectares supplémentaires, de développer l’offre hydrique et de moderniser les petits et moyens périmètres d’irrigation sur une superficie de 5.000 hectares, tout en veillant sur les zones pastorales en créant des points d’eau.

Ce programme comporte une vision anticipative qui permettra de relever les défis liés aux changements climatiques, a-t-il ajouté.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part des élus, les chefs de services extérieurs et les représentants des autorités locales, a également été marquée par des débats ouverts sur les réalisations dans le domaine de l’amélioration de la gestion et de l’utilisation des ressources hydriques de la région.

Avec MAP

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed