Le théâtre Cervantes de Tanger s’apprête à sa restauration

Cervantes de Tanger

Après la donation irrévocable par le gouvernement espagnol, du Grand Théâtre Cervantes de Tanger, s’apprête sa restauration et redevenir l’édifice culturel qui a marqué l’histoire de la ville.

Il n’est pas de doute que le Maroc est déterminé à dépoussiérer les murs de ce bâtiment splendide, moisi et enlaidi par des années d’inactivité, à lui redonner sa brillance d’antan et à le gérer en contrepartie d’en devenir le propriétaire et avec l’engagement de préserver le cachet espagnol dans la programmation culturelle de cette institution.

Depuis son ouverture en 1913 à l’initiative du couple espagnol, Esperanza Orellana et Manuel Peña et le propriétaire Antonio Gallego, le Grand Théâtre Cervantes est resté, des décennies durant, l’un des plus importants édifices culturels du pourtour méditerranéen, connu pour son aspect architectural espagnol, les fresques et les ornements qui embellissent ses murs et son plafond.

Non loin du Gran Socco, qui fut jadis l’une des principales artères de Tanger des débuts du 20e siècle, le grand théâtre trônait comme la plus grande institution culturelle d’Afrique, avec une capacité de 1.400 places, ce qui lui a permis d’abriter les performances des grandes troupes de théâtre espagnoles, comme Maria y Guerrero et Diaz de Mendoza, en plus des classiques du théâtre mondial, à l’instar de Othelo de Shakespeare ou Saladin de Nagib Hadded.

Sur ses planches, les Tangérois ont pu admirer certaines des performances et des comédies musicales les plus en vue dans le monde, comme Tortola Valencia et Garcia y Moreno. Les voix des grands chanteurs européens ont également retenti dans ses entrailles, dont celles d’Antonio Caruso, de Tito Ruffo et d’Adelina Patti, qui s’ajoutent à une pléiade de chanteurs et d’acteurs latino-américains.

Dans son livre « Tanger: un siècle d’histoire », l’historien Isaac J Assayag écrit qu’aussitôt inauguré, le Grand Théâtre Cervantes a contribué à un changement radical de la scène artistique et culturelle de Tanger, puisqu’il n’était plus nécessaire d’aller à Madrid ou à Paris pour assister aux plus belles performances.

Le théâtre est, en effet, devenu une « passion irrésistible » pour les habitants de Tanger, rayonnant, pendant un demi-siècle, tel un phare qui illumine le ciel de la culture non seulement de Tanger, mais de l’ensemble du bassin méditerranéen. L’édifice tomba après aux oubliettes, servant, dans ses années d’agonie, d’arène de lutte libre, avant qu’il ne soit finalement fermé dans les années 60 sur décision du gouvernement espagnol.

Aujourd’hui, le « Gran Teatro Cervantes » brave toujours les aléas de la nature. Sa portière cadenassée et ses panneaux d’un jaune et bleu feutrés témoignent obstinément d’une ère dorée assombrie et de décennies de négligence, et aspirent à retrouver son éclat après sa restauration par le Maroc en tant que patrimoine culturel de la ville de Tanger.

Partager/l'article/la page

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.