by

FICMT : Colloque sur les représentations des frontières dans le cinéma méditerranéen

Le Festival International de Cinéma de Tétouan organise, à l’occasion de sa 23ème édition qui se tient du 25 Mars au 1 Avril 2017, un colloque sur « les représentations des frontières dans le cinéma méditerranéen. »

Au colloque, participeront des critiques et des chercheurs de renommée : le critique français François Jost, le chercher et romancier libanais Rachid El-Daïf, l’écrivaine et romancière palestinienne Liana Badr,  le chercher français Jean Clede, le critique de cinéma l’égyptien Amir Amry et l’écrivaine et journaliste italienne Patricia  Fiorentino.

Les participants à ce colloque analyserons plusieurs axes tels que « Frontières et immigration clandestine », « l’image de l’immigré dans le cinéma européen », et ce à partir de productions espagnoles, françaises et italiennes ; il sera question aussi de « Frontières et conflits » et « Frontières dans le cinéma palestinien ».

Les responsables du Festival estiment que la question des frontières est un sujet récurent dans beaucoup de films, de récits, d’épopées…Et il y a juste un siècle, quiconque pouvait se déplacer librement entre pays sans besoin aucun ni d’un visa ni d’un avis favorable d’un commis de l’Etat.

De nos jours, de nouvelles frontières voient le jour, renforcées par des fils barbelés, de nouveaux murs de séparation sont érigés sur les rives de notre Méditerranée. Jadis espace d’échange et de cohabitation, la Mare nostrum est devenue une fosse commune pour des milliers de Maghrébins et d’Africains qui fuient la misère de leurs pays.

Dans la filmographie méditerranéenne du Nord et du Sud, on retrouve alors de nombreuses représentations du thème du voyage, qu’il soit un voyage à la recherche d’une vie meilleure (immigration) ou un voyage d’aventure. Des personnages s’obstinent à vouloir réaliser des rêves et à retrouver une dignité confisquée…S’ensuivent des drames et des tragédies à répétition.

L’objectif du colloque, où participent des cinéastes, des intellectuels, des écrivains et des professionnels du 7ème art, est d’approcher différemment, et par le biais du langage cinématographique, la thématique des frontières et des tentatives de les franchir ou les traverser.

Il sera question, à la même occasion, de jeter un éclairage sur les cloisons susceptibles de séparer les expressions artistiques : cinéma et littérature, cinéma documentaire et cinéma de fiction…Heureusement, au moment où d’aucuns cherchent à se mettre à l’abri derrière des murs, les arts continuent à créer des passerelles et  des liens entre eux.

Quelles approchent les cinéastes accordent-ils à la question des frontières, à travers l’image, le son, l’espace et les personnages ? Pourquoi les voix et les œuvres de ces cinéastes ne trouvent-elles pas d’écho auprès des décideurs ? Quels types de frontières sont récurrents dans le cinéma méditerranéen ?

Force est de reconnaître que depuis sa naissance dans les années quatre-vingts du siècle écoulé, le Festival de cinéma de Tétouan, premier festival marocain à caractère international, a toujours accordé une place de choix, dans ses programmations, aux colloques, aux séminaires, aux tables-rondes, aux rencontres. Cette tradition s’inscrit dans le besoin et la nécessité de favoriser des échanges fructueux et de privilégier le dialogue ininterrompu entre les populations des deux rives de la Méditerranée.

colloque

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.