by

Interview avec Omar Moro – “Si on ne sauve pas maintenant le tourisme, plusieurs établissements déclareront faillite”

Interview avec Omar Moro.
“Si on ne sauve pas maintenant le tourisme, plusieurs établissements déclareront faillite”

Lors d’une vidéoconférence organisée le samedi 13 juin par la Chambre régionale de commerce, d’industrie et des services Tanger-Tetouan-Al Hoceima, Omar Moro, également président de la Fédération nationale des chambres de CCIS, a répondu ainsi aux questions de newstourisme.

Q : Quelles sont les mesures capables de redonner à votre avis un nouveau souffle au secteur touristique national et régional ?

R : Nous avons évoqué la situation du secteur touristique pendant au moins quatre réunions de nos commissions de la chambre régionale ainsi que de la Fédération nationale des CCIS T-T-A. J’attends personnellement une nouvelle stratégie pour sauver le secteur tourisme de A a Z. Si on ne le fait pas très rapidement, je pense qu’on aura devant nous plusieurs entreprises qui vont déclarer leur faillite.

Q : À quelles solutions pensez vous pour redémarrer des activités aujourd’hui paralysées et surtout sauvegarder des emplois ?

R : L’objectif essentiel de ce plan du Comité de veille économique, qui est basée sur une panoplie de mesures encourageantes, est de garder les emplois. À mon avis ce qui a été fait durant ces trois derniers mois était pour aider les entreprises à préserver les emplois. Tous les produits lancés par le Comité de veille avaient pour seul objectif d’aider les entreprises à garder les emplois.

Q : A votre avis, est ce que ces mesures ont été bénéfiques pour le secteur industriel ?

R : Concernant le secteur industriel, je tiens à féliciter toutes les entreprises et surtout celles des secteurs clés de l’économie marocaine, à savoir le textile, l’automobile et l’aéronautique. Il s’agit de trois secteurs fondamentaux de l’industrie nationale et régionale qui sont le textile, l’industrie automobile et l’aéronautique, ces derniers méritent aujourd’hui un vibrant hommage, car ces entreprises sont restées sur le champs de bataille pour préserver les emplois, malgré le fait qu’elles ne peuvent dépasser actuellement une production de 30 % de leurs capacités normales.
Nous sommes en contact permanent avec le ministre de l’industrie pour passer rapidement à une moyenne de production de 50% dans ces trois activités de l’industrie marocaine.

Q : qu’en est-il des résultats de l’enquête menées récemment par les CCIS ?

R : Pour les résultats de l’enquête régionale sur les secteurs du commerce et de l’industrie, il faut signaler que ses résultats sont identiques à 90% à la situation sur le plan national. Nous menons en continuité des réunions avec tous les départements responsables dont le ministère de la tutelle pour trouver des réponses à toutes les entraves et accélérer la relance de notre économie.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed