Le tribunal administratif de Rabat interdit la pose de sabots

le tribunal

Le tribunal administratif de Rabat a décrété mardi l’interdiction des sabots  pour les véhicules à Tanger. La décision fait suite à une procédure entamée le 2 février par l’Association de l’industrie hôtelière de la Cité du Détroit.

C’est une décision qui risque de soulager beaucoup de monde dans la cité du Détroit. Le tribunal administratif de Rabat s’est prononcé, mardi 5 mars, sur la pose de sabots sur les véhicules ne s’acquittant pas d’amendes.

Le jugement “annule la décision administrative rendue par le conseil communal de Tanger dans le volet concernant l’immobilisation des véhicules par l’usage de sabots sur les roues afin d’empêcher les propriétaires de se déplacer en cas de non-paiement du tarif fixé”, lit-on dans l’arrêt définitif.

Les hôtels se joignent aux riverains

Voilà plusieurs mois que la ville de Tanger est le théâtre d’une rude bataille entre SOMAGEC Parking, qui assure la gestion déléguée des parkings souterrains et horodateurs dans la ville du Détroit, et les riverains qui ont multiplié  les actions coup de poing contre la commune de Tanger et la société privée. Réunis dans un groupe Facebook comptant plus de 35.000 adhérents, ils s’organisent pour faire sauter les sabots enserrant les roues des véhicules.

Les riverains ont pu compter sur un soutien de poids, avec la plainte déposée le 1er octobre 2018 par  l’Association de l’industrie hôtelière de Tanger (AIHT). Celle-ci regroupe 75% des hôtels tangérois, presque uniquement classés de trois à  cinq étoiles.

Une grande majorité des hôtels est concernée puisque, dans la cadre de la gestion déléguée, la SOMAGEC gère une grande partie des rues du centre-ville et du littoral tangérois.

Partager/l'article/la page

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.