by

Moussem d’Asilah : une pléiade d’artistes-peintres font de la ville un grand atelier

C’est lors de la journée du samedi 1er juillet que l’atelier de peinture murale organisé chaque année à Asilah à l’occasion de son moussem, a été lancé.

MoussemCette année, l’atelier connaît la participation de 17 artistes-peintres marocains et étrangers (Maroc, Espagne, Syrie et Japon). Leur objectif est de signer, chacun à sa manière les murs de l’ancienne médina de la ville en y laissant une emprunte artistique qui durera une année, voire plus.

MoussemDurant cette 39ème édition du Moussem d’Asilah, ces dix-sept artistes-peintres sont dirigés par les deux artistes marocains Mohamed Anzaoui et Sanae Sarghini, et pour les responsables du festival, les fresques réalisées sur les murs des quartiers de la médina seront exposées pendant toute une année.

MoussemFaut-il rappeler que cet atelier de peinture est une ancienne tradition née en parallèle avec le Moussem qui a enregistré la participation d’une pléiade d’artistes-peintres représentant presque tous les pays du monde et parmi eux, des artistes qui reviennent à Asilah presque chaque année. C’est le cas par exemple de l’artiste peintre américano-japonaise Mizue Sawano. Cette amoureuse de la ville blanche et habituée du Moussem s’est distinguée au fil des précédentes éditions par ses peintures murales reflétant les beaux paysages de son pays.

MoussemLe public ne peut pas être indifférent devant la grandeur des peintures de Mizue Sawano lesquelles laissent apparaître des couleurs et des formes des orchidées et des tournesols, mais l’empreinte d’Asilah y est présente. Un autre grand artiste qui signe son retour cette année est le calligraphe syrien Khaled Al-Saai. Ayant été primé lors des importants événements artistiques organisés, notamment à Téhéran, Damas ou Istanbul, il a réussi à impressionner le public lors de sa participation à de précédentes éditions en écrivant sur ses fresques des proverbes populaires les plus utilisés par les Marocains.

Côté marocain, une douzaine d’artistes participent à cet atelier parmi lesquels on peut citer ce sont les deux jeunes sœurs Ghita et Hiba Khamlichi qui se distinguent par leur peinture de jeunesse et leur audace dans le choix de leurs thèmes pour leurs œuvres.

MoussemOutre l’atelier de peinture murale, la programmation du Moussem verra aussi la tenue, tout au long de cette 39ème édition, d’ateliers de peinture, de gravure et des enfants aux jardins du Palais de la culture, en plus des différentes expositions de peintures qui ont lieu jusqu’au 25 juillet, au Diwan de ce Palais et aux Galeries du Centre Hassan II d’Asilah.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.