by

Mustapha El Broji – Les agences de voyages ont vécu une année catastrophique

Mustapha El Broji – Les agences de voyages ont vécu une année catastrophique mais nous restons optimistes

Le site www.lebouclage.com a interviewé le professionnel du tourisme, Mustapha El Broji, directeur général du groupe Morocco Tours Organizations (MTO), au sujet des problèmes rencontrés par le secteur du tourisme et des agences de voyages pendant le confinement et le couvre-feu au Maroc. En sa qualité de responsable du Comité de l’aviation (MTMC), et président du Club des Voyagistes du Nord (CVN), Mustapha El Broji a également évoqué les perspectives de l’avenir du secteur, durement touché par la pandémie.

Selon vous, comment les agences de voyages et le secteur touristique ont vécu la crise?

Depuis mars 2020, nous avons connu une année très difficile. Ce fut une année désastreuse à tous points de vue. Zéro visite, zéro travail et zéro activité. Grandes pertes pour les agences de voyages en particulier et pour le secteur touristique en général. Il est vrai qu’il y a eu des salariés qui se sont contentés de la subvention allouée par la Caisse de Sécurité Sociale de 2000 dirhams, mais en même temps nous avons été contraints de garder certains employés, ce qui signifiait plus de dépenses et de coûts financiers et fiscaux qui ont puisé sur les agences de voyages sans exception.

Franchement, c’est très difficile. Il n’est pas facile de continuer pendant plus de 18 mois sans travail, c’est-à-dire sans revenus financiers, bien que nous ayons été obligés, de payer les salaires des employés que nous avons gardés, ainsi que de régler les impôts et diverses factures.

Comment avez-vous géré cette crise ?

Mais cette crise, nous a aussi appris à planifier et à tracer l’avenir et bien sur à penser à se préparer aux séquelles de la pandémie, c’est-à-dire à chercher de nouveaux clients d’autres pays sachant que les agences de voyage ou le secteur touristique ne vivent pas seulement du tourisme, mais aussi de la vente de billets, des réservations d’hôtels et des circuits.

Quels sont les nouveaux horizons pour investir ?

Les chantiers les plus importants pour le développement du tourisme au Maroc en général et dans la région du Nord en particulier, nous poussent à cibler de nouveaux horizons hors des frontières. Nous devons retrousser nos manches pour trouver de nouveaux touristes où qu’ils soient. L’engagement actuel que nous devons étudier c’est savoir traiter avec les compagnies aériennes pendant la période d’automne, car en cette période le rythme de travail diminue. Il est vrai que les vols qui arrivent au Maroc sont nombreux et à des prix abordables, ce qui nous permet juste de couvrir nos charges.

Que proposez-vous dans un futur proche ?

Le plus important, est avoir la possibilité d’attirer les touristes en octobre et novembre et relativement en décembre jusqu’en janvier, février, mars, avril et mai, et c’est ce que nous devons faire pour surmonter la situation difficile que nous vivons aujourd’hui. Sans oublier, la compagnie aérienne officielle marocaine, qui a fait un grand effort au profit des marocains résidant à l’étranger grâce aux instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu le glorifie qui a ordonné la réduction des billets d’avion, aller-retour, pour tous les voyageurs à des prix n’excédant pas 150 euros.

Et depuis, vous devez avoir remarqué la grande demande pour les billets et les foules devant les agences de voyages, car les prix sont devenus très appropriés, d’autant plus que cela coïncidait avec la saison estivale. Aujourd’hui, il est urgent de réduire ces prix à 300 euros, aller-retour, dans toutes les directions, ce qui comporte de nombreux avantages, car nous, en tant que professionnels du tourisme, pouvons nouer des partenariats avec les hôtels, qu’ils soient trois, quatre ou cinq étoiles. Comme nous pouvons fournir des prestations entre 529 et 629 euros pour une semaine entière dans ces hôtels sous forme de demi-pension, nous pouvons également nous adresser à toutes les compagnies aériennes low-cost qui peuvent contribuer à cette tendance à un prix attractif.

www.lebouclage.com

Propos recueillis par Samia Rofaj

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed