by

Magazine Ping Pong – Edito du mois d’août – Somnolence communale

Magazine Ping Pong – Edito du mois d’août – Somnolence communale

L’année prochaine, le gouvernement andalou prévoit le séjour de plus d’un million de touristes marocains à la Costa Del Sol. Oui, c’est une évidence.

Les Marocains sont de plus en plus nombreux à préférer passer leurs vacances ailleurs, spécialement du côté des balnéaires andalous, à la Costa Brava et aussi au Portugal. Et ce ne sont pas uniquement les familles aisées et riches qui se le permettent, bien au contraire! Ce sont des centaines de familles de la classe moyenne qui préfèrent l’autre rive parce que le tourisme y est beaucoup moins cher, et surtout parce que les villes et les balnéaires qui les attirent sont propres, très propres, et superbement organisés au niveau urbain.
Cela aurait pu être le cas de Tanger et de toute sa région. Malheureusement, la Vision Royale, à travers les projets du programme Tanger Métropole, réalisés avec rigueur et application par l’ancien Wali Mohamed El Yacoubi, n’a jamais été accompagnée par le même niveau de rigueur et de sérieux des responsables communaux de toutes les villes composant la région, à l’exception de Chefchaouen.
Ainsi, malgré la réalisation de nombreux projets visant un meilleur développement économique et social à Tanger (l’exemple de la capitale régionale est flagrant), la prospérité recherchée n’a pas été encore atteinte. Tout le monde a remarqué qu’il existe partout une sorte de très mauvaise finition et ce goût amère de l’inachevé dans chaque coin de la ville. Et c’est surtout le secteur touristique qui en souffre énormément.
Les problèmes auxquels s’affrontent quotidiennement le secteur touristique sont un exemple très flagrant de ce laisser-aller caractérisant la gestion communale. Une gestion catastrophique!
Il n’y a qu’à faire un tour dans les ruelles de l’ancienne médina de Tanger et sa Casbah pour bien mesurer les mauvaises conséquences. La saleté est partout et les touristes la voient et la sentent. Les mendiants et les vendeurs ambulants prennent depuis des années en otage les sites touristiques de la cité, le centre-ville, les boulevards et la Corniche. Les monuments historiques sont dans un état lamentable. Les grottes d’Hercule, le mausolée d’Ibn Battouta et tous les anciens bâtiments de l’ancienne Médina sont abandonnés.
Comment convaincre alors les touristes de rester plus d’une journée à Tanger? Comment aider ces grands et luxueux hôtels et restaurants représentant des investissements colossaux à faire de bons bénéfices et surtout à continuer à croire à Tanger? Comment mettre en valeur les efforts des autorités locales, le Wali Mohamed Mhidia et ses équipes en l’occurrence dont la mission est bien accomplie? Peut-être il va falloir attendre les prochaines élections communales pour tout changer… En attendant, croisons les doigts pour que Bachir Abdellaoui se réveille de sa somnolence qui s’est transformée en un sommeil très profond.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed