Le Maroc ambitionne d’intégrer le club des 20 premiers réseaux ferrés dans le monde

ferrés

Le Maroc a pour ambition d’intégrer en 2020 le club des 20 premiers réseaux ferrés dans le monde, a indiqué, mercredi à Rabat, le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara.

Tel qu’il ressort du dernier rapport du World Economic Forum (WEF), le positionnement du Maroc dans l’échiquier international et régional en est la meilleure consécration, a fait savoir M. Amara, à l’ouverture de la 5ème édition du Congrès mondial sur la formation ferroviaire, soulignant que le capital humain demeure l’essence et la clé de voute de réussite et se situe au fond de la profonde mutation que connaît le secteur du transport.

Et de poursuivre que cette mutation s’inscrit en droite ligne avec les orientations du Royaume retenues sous la conduite éclairée du Roi Mohammed VI, faisant de l’éducation-formation, le cheval de bataille de la dynamique de développement du Maroc pour renforcer sa compétitivité et sa place dans la scène régionale et internationale.

Le ministre a, en outre, mis en exergue le tournant historique que vit le mode ferroviaire marocain suite à la concrétisation d’importants programmes d’investissement pour lesquels le Maroc a mobilisé plus de 70 milliards de DH entre 2008 et 2018 et ont été couronnés par l’avènement du train à grande vitesse « Al Boraq », constituant une réalisation de fierté nationale.

Ce virage a été amorcé en empruntant volontairement la voie du développement des compétences pointues, axée sur la professionnalisation et la spécialisation des profils, a-t-il expliqué, notant qu’il est temps de se doter d’un capital humain à même de relever le défi d’accélération du développement d’un système de transport intégré et intelligent où la seule constante est le changement.

A cet égard, le ministre a affirmé que ce congrès constitue une étape cruciale et inéluctable pour réussir ce changement, qui va sans doute façonner profondément les habitudes de mobilité et créer une nouvelle dynamique territoriale comme l’ambitionne l’Agenda 2063 porté par les chefs d’État africains, retenant parmi les projets phares la connexion ferroviaire à grande vitesse des capitales africaines.

Organisé par l’ONCF et l’Institut de formation ferroviaire (IFF) du 9 au 11 octobre à Rabat, en partenariat avec l’Union internationale des chemins de fer (UIC), ce congrès mondial vise à promouvoir une formation plus efficace et plus efficiente tout en renforçant davantage le networking inter-professionnels et des organisations à l’international, et relevant les défis d’une mobilité durable, compétitive, soutenable et performante.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.