by

Les professionnels du secteur se disent inquiets

Les professionnels du tourisme s’inquiètent des éventuelles répercussions qui pourraient y avoir sur le secteur. Et pour cause,  le Maroc est victime d’un brouhaha médiatique suite aux derniers attentats en Catalogne et des agitations sociales occasionnées par l’affaire de l’agression sexuelle dans un bus à Casablanca.

Il n’y a point de doute. Les nombreux événements qui se sont succédés préoccupent. Inondé de 10,3 millions de touristes en 2016, le Maroc est aujourd’hui menacé de voir sa fréquentation touristique en repli. Ne dissimulant pas son inquiétude, Fouzi Zemrani,  vice-président Général de Confédération Nationale du Tourisme (CNT), fait savoir que l’image du Maroc est plus que jamais écornée. “Nous essayons de vendre ce qu’il y a de mieux chez nous, malheureusement, nous n’arrivons plus à le mettre dans la devanture.  La devanture est cassée !”, a-t-il déclaré à 2m.ma.

Pourtant, dans son  dernier rapport publié le 15 Août , l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a fait valoir la sécurité dont jouissent les touristes sur le sol marocain comme étant la clé de la hausse de sa fréquentation, le hissant ainsi au premier rang des destinations en Afrique, bien avant l’Afrique du Sud ou encore l’Egypte. Ces signaux en vert d’un secteur aussi vital risquent facilement de s’éteindre si aucune action n’est entreprise.

Pour convaincre le monde que le Maroc n’est pas “une fabrique de terroristes et de violeurs”, il va falloir montrer patte blanche”, affirme Fouzi Zemrani. Nous ne pouvons pas rester inactifs, il sera nécesssaire même si pas suffisant de s’atteler à la tâche dès maintenant pour revoir
l’image du maroc en général et faire savoir que notre pays ne se résume pas à quatre ou cinq énergumenes dans un bus.

Seule bonne nouvelle qui pourrait conforter les tours opérateurs et les professionnels du secteur, ces événements se sont produits juste après les vacances balnéaires, coïncidant avec la fin de la saison touristique, ce qui a fait que l’impact n’était pas vraiment ressenti. Après, il faudrait tenter de sauver la reprise pour la rentrée, soit vers le mois d’octobre, voire décembre. “Pour effacer une mauvaise action il faut faire une bonne action.  Il va falloir montrer d’autres facettes du Maroc”, affirme le responsable.

Pour rappel, un total de 2,1 millions de touristes ont  visité le Maroc durant le premier trimestre 2017 . Un chiffre en progression de 7,9% par rapport à la même période un an auparavant. Selon l’Observatoire du tourisme, cette performance est  surtout tirée par les principaux marchés émetteurs. Le nombre des touristes étrangers (TES) a en effet progressé de 11,7% au cours de  la période janvier-mars 2017.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.