Trump signe un décret pour maintenir ouvert le camp de Guantanamo

Guantanamo

Le président américain Donald Trump a ordonné mardi soir le maintien de la prison de Guantanamo ouverte.

« Aujourd’hui, je tiens une autre promesse. Je viens juste de signer un décret mandatant le secrétaire (à la Défense Jim) Mattis de revoir notre politique de détention militaire et de maintenir ouverts les centres de détention de Guantanamo Bay », a déclaré le président américain dans son premier discours annuel devant le Congrès sur l’Etat de l’Union.

« Je demande au Congrès de s’assurer que dans la lutte contre le groupe Etat Islamique (IS) et Al-Qaïda, nous continuons à disposer du pouvoir nécessaire pour détenir les terroristes où que nous les chassions, où que nous les trouvions, et dans de nombreux cas, pour eux, ça sera maintenant Guantanamo Bay », a-t-il ajouté.

Son prédécesseur Barack Obama avait promis de fermer la prison de Guantanamo et de libérer certains de ses détenus, mais il n’a pas réussi à tenir sa promesse faute de compromis au Congrès.

Le décret signé mardi par le président Trump stipule que « les Etats-Unis peuvent transporter d’autres détenus vers la base navale américaine de Guantanamo Bay lorsque cela est jugé légitime et nécessaire pour protéger la Nation ».

Il qualifie les opérations de détention dans l’établissement carcéral de « légales, sûres, humaines et menées conformément au droit américain et international ».

Le décret souligne que le risque de récidive parmi les prisonniers restants était élevé, notant qu’ils représentent « les cas les plus difficiles et les dangereux parmi ceux qui détenus historiquement dans cette installation ».

« Par le passé, nous avons bêtement relâché des centaines de terroristes dangereux, pour les retrouver sur le champ de bataille – y compris le chef de l’Etat islamique, (Aboubakr, ndlr) al-Baghdadi », a déclaré M. Trump, en référence au fait que ce dernier avait été détenu par les forces américaines en Irak avant de devenir le chef de l’Etat islamique.

« Il y a des raisons importantes de s’inquiéter de leur réengagement dans les hostilités s’ils en avaient l’opportunité », souligne le décret.

Trump veut moderniser l’arsenal nucléaire américain

Par ailleurs, le chef de l’Etat américain a estimé que « la faiblesse est le chemin le plus sûr vers le conflit, et la puissance inégalée est le moyen le plus sûr de notre défense véritable et grande », soulignant que pour cette raison il demande au Congrès de financer entièrement l’armée.

« Dans le cadre de notre défense, nous devons moderniser et reconstruire notre arsenal nucléaire, en espérant ne jamais l’utiliser, mais pour le rendre si fort et si puissant qu’il découragera tout acte d’agression de la part d’une autre nation ou de qui que ce soit ».

Passant en revue les menaces pour la sécurité des Etats-Unis, M. Trump a évoqué « les régimes voyous, les groupes terroristes et les rivaux comme la Chine et la Russie qui défient nos intérêts, notre économie et nos valeurs ».

Au sujet de la Corée du Nord, il a mis en garde contre la menace nucléaire que le régime de Pyongyang peut représenter pour l’Amérique et ses alliés.

« La dangereuse quête de missiles nucléaires par la Corée du Nord pourrait très prochainement menacer notre territoire. Nous menons une campagne de pression maximale pour éviter que cela arrive », a-t-il ajouté, en saluant au siège du Congrès, sous une salve d’applaudissements, Ji Seong-ho, un Nord-Coréen qui a fui son pays en 2006, après sa torture pour s’être rendu en Chine.

M. Trump a également évoqué les sanctions sévères imposées par son administration aux régimes de Cuba et de Venezuela et demandé au Congrès d’aborder « les failles fondamentales du terrible accord nucléaire » avec l’Iran.

Rappelant par ailleurs sa reconnaissance d’Al Qods comme capitale d’Israël, il a déploré le vote de « dizaines de pays à l’Assemblée générale des Nations Unies contre le droit souverain des États-Unis de prendre cette décision ».

« Ce soir, je demande au Congrès d’adopter une loi pour aider à faire en sorte que l’argent de l’aide étrangère américaine serve toujours les intérêts américains et ne s’adresse qu’aux amis de l’Amérique, pas aux ennemis de l’Amérique », a-t-il lancé.

Partager/l'article/la page

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.