by

les négociations pour le gouvernement ont abouti

Après plus de cinq mois de blocage, les négociations pour la formation de la future majorité au Maroc ont finalement abouti et le nouveau gouvernement, composé de six partis, devrait être formé très rapidement, a annoncé samedi soir le Premier ministre islamiste, Saad-Eddine El Othmani.

Numéro deux du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui avait remporté les législatives d’octobre, M. El Othmani, avait été nommé mi-mars par le roi Mohammed VI, après le limogeage du Premier ministre Abdelilah Benkirane, également patron du PJD.

Il avait immédiatement entamé des négociations avec les principales formations politiques représentées au parlement en vue de former un nouveau gouvernement de coalition et sortir de l’impasse.

La nouvelle majorité comprendra le PJD, son allié du Parti du progrès et du socialisme (PPS, communiste), le Rassemblement national des indépendants (RNI, libéraux), le Mouvement populaire (MP), l’Union constitutionnelle (UC) et l’Union socialiste des forces populaires (USFP), a déclaré au cours d’une conférence de presse M. El Othmani.

«Une commission sera formée dès dimanche pour se pencher sur la désignation des ministres et l’élaboration du programme gouvernemental», a ajouté M. El Othmani à l’issue d’une rencontre avec les chefs de ces cinq formations.

Le Premier ministre a finalement accepté la présence de l’USFP au sein de la future coalition, une question jusqu’alors au coeur du blocage des négociations. Cette participation, à laquelle s’opposait catégoriquement M. Benkirane, était exigée par le nouveau patron du RNI, ministre sortant de l’Agriculture Aziz Akhannouch et l’une des plus grosses fortunes du continent.

La nouvelle coalition s’appuiera sur 240 députés, sur les 395 du parlement, où le PJD compte à lui seul 125 sièges, et la majorité en requiert 198.

Selon la presse locale, l’annonce du nouveau gouvernement pourrait intervenir avant le 28 mars, date à laquelle le roi doit participer au sommet de la Ligue arabe à Amman, en Jordanie. Egalement selon la presse, le PJD a établi dès ce samedi une liste d’une trentaine de ministrables.

Disant agir «conformément à la Constitution, la démocratie et la volonté populaire», M. El Othmani a réaffirmé la détermination de tous «à accélérer la formation d’un gouvernement en mesure de relever les défis», un gouvernement qui sera «celui de l’action et dont les résultats atteindront les citoyens».

C’est la première fois dans son histoire récente que le Maroc reste aussi longtemps sans gouvernement. Cette situation a eu néanmoins très peu d’impact sur le quotidien. Au Maroc, les lignes idéologiques des partis comptent peu ou pas dans la formation des coalitions, qui travaillent sous la tutelle du roi, chef d’Etat au-dessus des partis, qui garde la haute main sur la diplomatie, la sécurité ou les secteurs clés de l’économie.

La participation de l’USFP au futur gouvernement constitue une concession majeure du nouveau Premier ministre face à M. Akhannouch, souvent décrit comme proche du palais et un contrepoids face aux islamistes.

Elle pourrait susciter de vifs débats au sein du PJD, après l’éviction de M. Benkirane, personnalité charismatique et artisan des succès électoraux de la formation islamiste.

gouvrnement

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.