by

Tanger: Premières rencontres de la Maison méditerranéenne du climat

Les travaux des premières rencontres de la Maison Méditerranéenne du Climat (MMC), organisées sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, se sont ouverts, vendredi 15 décembre à Tanger.

Les travaux des premières rencontres de la Maison Méditerranéenne du Climat (MMC), organisées sous le haut patronage du Roi Mohammed VI, se sont ouverts, vendredi 15 décembre à Tanger, en présence d’un parterre des présidents des régions et gouvernements locaux, des acteurs non étatiques, des investisseurs, des consommateurs et des contributeurs du monde éducatif ainsi que des acteurs gouvernementaux et des bailleurs de fonds.

méditerranéenneA cette occasion, Ilyas El Omari, a mis l’accent sur l’importance de la création de la Maison du climat de la région de la Méditerranée, qui abrite plus de 425 millions habitants, précisant qu’elle est l’une des régions les plus vulnérables du monde du point de vue des changements climatiques.

Il a également expliqué que les pays du pourtour méditerranéen sont confrontés à de multiples risques du changement climatique au niveau de la santé, des migrations, de la perte de biodiversité et des ressources alimentaires, etc., ajoutant que ces risques nécessitent des réponses adéquates pour les atténuer et les transformer en opportunités économiques au service des populations.

méditerranéenne

Les premières rencontres de la MMC organisées conformément aux hautes instructions royales et suite aux recommandations de la deuxième édition du Forum méditerranéen pour le climat «MedCOP», tenue à Tanger en juillet 2016, notamment la création d’un groupe d’experts sur les changements globaux dans la région méditerranéenne, ambitionne d’assurer la durabilité de l’action pour l’environnement dans le bassin méditerranéen et de créer des opportunités économiques favorables et adaptées aux recommandations de la préservation de l’environnement et de lutte contre les changements climatiques.

Les premiers travaux de ces Rencontres, qui constituent un espace de consultation, de délibération et de consensus sur les moyens de relever les défis climatiques, ont été marqués par la première réunion du comité stratégique de la MCC, avec la participation de ses 25 membres, dont des présidents de Régions et gouvernements locaux de tout le pourtour méditerranéen, des représentants de grandes institutions internationales et des bailleurs de fond.

Le comité a validé, à cette occasion, les cinq piliers d’action qui fonderont l’action de la MMC, à savoir le financement des projets, le renforcement des capacités, l’acceptabilité et le changement des comportements, l’innovation et les technologies et l’impulsion d’une alliance entre les acteurs des pays du porteur méditerranéen.

Le Maroc, à travers de la Région Tanger, Tétouan Al Hoceima, assurera la présidence de cette Maison, qui est un espace de consultation, de délibération et de consensus sur les moyens de relever les défis climatiques entre tous les acteurs non étatiques, les investisseurs, les consommateurs et les contributeurs du monde éducatif ainsi que les acteurs gouvernementaux.

Le comité d’orientation stratégique qui est le haut niveau de gouvernance de la MMC, a pour objectif principal d’apporter son expertise sur le scénario défini par l’équipe de préfiguration qui a élaboré tout le rapport. Il fera aussi des propositions de financement pour le lancement.

Les Premières rencontres de la MMC, aboutissement du succès réalisé par le Forum méditerranéen pour le climat tenu à Tanger, permettront de renforcer et de consolider le débat et l’échange entre les participants de nombreux pays de la méditerranée autour des 5 piliers d’action de la MMC, à travers des thématiques clés les grandes questions sociales et sociétales et la mise en œuvre des objectifs mondiaux du développement durable, ainsi que la jeunesse méditerranéenne et le climat.

La Maison Méditerranéenne du Climat ambitionne de devenir un espace qui réconcilie l’action individuelle et collective, avec pour causes communes prioritaires : l’économie verte, l’emploi et le financement des projets climatiques qui s’inscrivent dans la dynamique des recommandations de la «COP 21» à Paris et «COP 22» à Marrakech.

Elle œuvre à la construction d’un « soft power » via l’influence sur les collectivités territoriales, les acteurs économiques, les acteurs sociaux, les citoyens, ainsi que la mobilisation des réseaux éducatifs et de l’enseignement supérieur et les « data » afin d’atteindre l’efficacité environnementale.

La Maison Méditerranéenne du Climat qui assurera le secrétariat permanent de la MedCOP Climat, pourrait garantir une coordination qui s’appuiera sur des Comités scientifiques, d’organisation et de programme, tout en animant une gouvernance collective permettant de mettre en œuvre les lignes directrices et le cahier des charges de la MedCOP

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed