by

Le Maroc inscrit la culture juive dans ses programmes scolaires

Le Maroc inscrit la culture juive dans ses programmes scolaires

Avant même de normaliser ses relations diplomatiques avec Israël, le Maroc a lancé une réforme scolaire décrite par certains comme un “tsunami”: l’histoire et la culture de la communauté juive vont bientôt être enseignées aux élèves de ce pays où l’islam est religion d’Etat.

Les premiers cours, en langue arabe, seront dispensés au prochain trimestre en dernière année de primaire, où l’âge des élèves tourne autour de 11 ans, selon le ministère marocain de l’Education nationale.

“Cette introduction est une première dans le monde arabe. Elle fait l’effet d’un tsunami”, s’exalte Serge Berdugo, le secrétaire général du Conseil de la communauté israélite du royaume, joint par l’AFP à Casablanca.

Présent dans l’architecture, la musique, la cuisine, “l’affluent juif” de la culture marocaine apparaît désormais dans les nouveaux manuels d’éducation sociale du primaire, dans un chapitre consacré au sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah, dit Mohammed III (XVIIIe siècle).

Ce sultan alaouite avait choisi le port de Mogador et sa forteresse bâtie par les colons portugais pour fonder la ville d’Essaouira (sud), centre diplomatique et commercial qui devint sous son impulsion la seule cité en terre d’islam comptant une population à majorité juive, avec jusqu’à 37 synagogues.

“Bien que la présence juive au Maroc soit antérieure au XVIIIe siècle, les seuls éléments historiques fiables datent de cette époque”, explique Fouad Chafiqi, directeur des programmes scolaires au ministère marocain de l’Education.

– “Exception” –

Dans le monde arabe, le Maroc reste un cas rare dans la mesure où “ce pays n’a jamais effacé sa mémoire juive”, souligne pour sa part Zhor Rehihil, la conservatrice du musée du Judaïsme marocain à Casablanca, unique en son genre dans la région.

Présente au Maroc depuis l’Antiquité, la communauté juive qui reste la plus importante d’Afrique du Nord a crû au cours des siècles, notamment avec l’arrivée des Juifs expulsés d’Espagne par les rois catholiques à partir de 1492.

Elle a atteint environ 250.000 âmes à la fin des années 1940, soit environ 10% de la population. Beaucoup de Juifs sont partis après la création d’Israël en 1948, et il en reste environ 3.000.

L’intégration de l’histoire juive dans le cursus éducatif marocain s’inscrit dans un vaste programme de refonte des manuels scolaires impulsé en 2014.

Assez peu commentée au Maroc, la réforme a été saluée par deux associations juives basées aux États-Unis, la Fédération sépharade américaine et la Conférence des présidents (CoP).

“Permettre aux étudiants marocains de connaître la totalité de leur histoire de tolérance, y compris le philo-sémitisme marocain, est un vaccin contre l’extrémisme”, soulignaient ces associations dans un communiqué diffusé sur Twitter à la mi-novembre.

Peu après, le ministère marocain de l’Education signait avec deux associations juives marocaines une convention de partenariat “pour la promotion des valeurs de tolérance, de diversité et de coexistence dans les établissements scolaires et universitaires”.

Symboliquement, c’est à la Maison de la mémoire d’Essaouira, un musée dédié à la coexistence des juifs et des musulmans que cet accord a été paraphé en présence du conseiller royal André Azoulay, homme de réseau de confession juive voué à la promotion de la tolérance religieuse.

– “Diversité ” –

Inscrire l’identité juive dans le corpus scolaire “permettra de forger la perception et la construction de futurs citoyens conscients de leur héritage pluriel”, estime Mohammed Hatimi, un professeur d’histoire spécialiste de la question.

La réforme des manuels du primaire vise à “mettre en avant la diversité identitaire marocaine”, souligne M. Chafiqi. La refonte des manuels du secondaire, prévue en 2021, intégrera aussi cette “dimension de diversité”, selon lui.

Une rumeur sur l’intégration de l’histoire de la Shoah dans les programmes scolaires du Maroc avait couru en septembre 2018, après un message adressé par le roi Mohammed VI lors d’une table ronde de l’ONU. A l’époque, le chef de l’Etat et “commandeur des croyants”, grand défenseur du “vivre-ensemble” avait souligné le rôle fondamental de l’éducation dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

C’est sous son impulsion, et après plusieurs mois de négociation initiée par l’administration de Donald Trump, que le Maroc est devenu cette semaine le quatrième pays du monde arabe à annoncer une normalisation de ses relations diplomatiques avec Israël, en contrepartie de la reconnaissance de la “souveraineté” de Rabat sur le territoire disputé du Sahara occidental.

France24

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed