Don de lots de chaises roulantes offertes par la fondation Karam font le bonheur des handicapés défavorisés

Karam

Des lots de chaises roulantes font le bonheur des handicapés défavorisés. Les pensionnaires de la Communauté Israélite de Casablanca sont parmi les bénéficiaires.

Karam
Grâce à la fondation Karam, association créée en 2004 à Amsterdam, (Pays Bas), plus de 200 fauteuils roulants et scooters de mobilité ont déjà fait le bonheur des habitants défavorisées au Maroc, spécialement à Tanger.
Parmi les bénéficiaires également, les pensionnaires du “Home  des vieux” de la communauté Israélite de Casablanca ont reçu durant juillet dernier un lot important de chaises roulantes.
Karam”, en arabe “générosité”, est le nom de la fondation qui travaille pour les moins fortunés. La fondation collecte des fauteuils roulants et autres aides médicales, qui sont ensuite distribués gratuitement au Maroc et au Suriname. En plus des enfants, les adultes, les malvoyants et les aveugles sont également aidés.
KaramCet organisme d’aide médicale, créé en 2004, œuvre notamment pour les personnes défavorisées et / ou handicapées dans les pays en développement, notamment le Maroc.
La fondation a lancé ses activités sous la direction de Saïd Bensellam, devenu Amsterdammer de l’année en 2006. Ces membres collectent des dispositifs médicaux qui sont envoyés dans plusieurs villes dont Tanger. “Certaines personnes n’ont pas quitté la maison depuis des années. Vous leur donnez un fauteuil roulant et ils peuvent sortir à nouveau. Ce sourire sur leur visage n’a pas de prix, souligne Saïd Bensellam.
La Fondation Karam se concentre sur les enfants présentant une anomalie congénitale. En plus de fournir des secours médicaux, Karam permet également aux personnes en difficulté de se rendre dans les pays en développement. Il existe également une équipe de chirurgiens néerlandais qui opèrent dans les pays en développement sous la bannière de cette même fondation.
Déjà en 2006, pour un documentaire sur Karam, deux artistes d’OE se sont rendus au Maroc pour filmer l’équipe de médecins au cours de leur travail. L’équipe était composée de personnes d’ascendance néerlandaise, marocaine et surinamaise. Au cours de ce voyage, ils sont frappés par le sentiment universel de solidarité, d’abnégation et de service qui naît pendant le travail auxiliaire.
Autre avantage de la mission de cette fondation réside dans le fait ses activités permettent de mettre en contact différents groupes de population aux Pays-Bas. Cela signifie que les Marocains, les Surinamais, les Turcs, les Antillais et les Néerlandais peuvent travailler ensemble pour atteindre un objectif qui dépasse les différences culturelles. Ce processus génère une compréhension mutuelle, la solidarité et la tolérance et favorise l’intégration.
A rappeler que les fauteuils roulants et autres matériels nécessaires sont collectés dans tout Amsterdam grâce à un geste puissant de solidarité.
Derrière cette incroyable synergie se trouvent Saïd Bensellam (Amsterdammer de l’année 2007) et le rabbin Lody van de Kamp. En tant que musulmans et juifs, ils essaient d’améliorer les relations entre les deux groupes. Leur projet “Dutch Youth In Conversation” (NJIG) travaille avec des écoles et cible les jeunes de 12 à 17 ans. Saïd et Lody stimulent la conversation ouverte et empêchent ainsi les phénomènes de radicalisation et de criminalisation.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.