by

Les juifs tangérois, Sonia Cohen Azagury et Aron Abikzer, reçoivent le prix de Brahim Akhiat

Les juifs tangérois, Sonia Cohen Azagury et Aron Abikzer, reçoivent le prix de Brahim Akhiat

Les juifs tangérois Mme Sonia Cohen Azagury, chargée de la conservation du patrimoine juif de Tanger et M. Aron Abikzer, vice président de la communauté juive au Maroc, ont reçu vendredi à Rabat, le prix Brahim Akhiat pour la catégorie de la composante hébraïque, en signe de reconnaissance de leur travail acharné en faveur de la préservation du patrimoine et de la culture juive au Maroc, particulièrement, au niveau de la ville de Tanger.

Initié par la Fondation Brahim Akhiat pour la diversité culturelle, ce prix a été également remis, dans la catégorie “Langue et culture amazighes” à l’universitaire Fatima Boukhriss, en reconnaissance de la pertinence de ses travaux de recherche, en particulier dans le domaine linguistique, aussi bien à l’Université Mohammed V de Rabat ou à l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM).

Pour ce qui est de la composante hassanie, le prix a été décerné à la famille de feu Ahmed Yeken Belamechi, petit-fils du fondateur de la ville de Tindouf et l’un des cheikhs de la tribu des Tadjakant, pour sa contribution tout au long de sa vie à la cohésion des différentes composantes du peuple marocain et sa lutte pour l’intégrité territoriale du Royaume.

Intervenant à cette occasion, le secrétaire général de la Fondation Brahim Akhiat pour la diversité culturelle, Yassine Akhiat a passé en revue l’action civile de la Fondation, notamment ses initiatives en faveur de la préservation de la mémoire collective, notamment sur le plan culturel et social ainsi que la consécration de l’identité nationale dans sa diversité.

Pour rendre hommage aux personnes ayant travaillé en faveur de la promotion de la culture marocaine, il est nécessaire de mettre en avant leurs actions et contributions afin qu’ils soient un exemple pour les générations montantes”, a-t-il fait observer.

Pour sa part, la présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach a souligné que feu Brahim Akhiat est l’une des grandes figures qui ont contribué à la consécration des droits culturels amazighs.

Après avoir passé en revue les qualités de Feu Akhiat, dont la persévérance, l’écoute et la capacité de prendre l’initiative appropriée au moment opportun, Mme Bouayach a affirmé que le regretté a toujours considéré la consécration des droits culturels amazighs comme élément incontournable dans le parachèvement du processus démocratique.

Le secrétaire général de l’IRCAM, Houssin Moujahid a, quant à lui, relevé que cette activité s’inscrit dans le cadre des actions menées par l’Institut dans le domaine de la promotion de la culture nationale et amazighe en particulier.

“Il s’agit d’une occasion qui offre l’opportunité de mettre la lumière sur la diversité que connaît le Royaume”, a-t-il dit, ajoutant que l’IRCAM soutient la Fondation Brahim Akhiat pour la diversité culturelle d’autant plus que ses actions se convergent avec le domaine d’activité de l’Institut.

S’exprimant à cette occasion, les personnalités ayant reçu le prix Brahim Akhiat dans sa 2ème édition ont exprimé leur fierté pour cette distinction, saluant les efforts entrepris, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, en faveur de la promotion de la diversité culturelle et à la coexistence entre l’ensemble des composantes du peuple marocain.

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed