by

Le tourisme après COVID-19 – Le CRT du Maroc Une locomotive pour une régionalisation avancée

Le tourisme après COVID-19 – Le CRT du Maroc Une locomotive pour une régionalisation avancée

Les présidents des conseils régionaux du tourisme (CRT) ont envoyé le 30 avril un rapport au ministre du Tourisme, du Transport et de l’Artisanat proposant une refonte de l’industrie touristique afin de lui «redonner de la force».

Ce rapport est la synthèse de tous les débats entre les différents présidents des CRT du Maroc, des visioconférences avec les professionnels du tourisme et des institutions et fédérations concernées. C’est aussi une synthèse du travail effectué par l’ONMT et la CNT et autres organismes concernés.

Selon les présidents des CRT, «le tourisme est publiquement considéré comme secteur prioritaire, mais il n’a jamais bénéficié d’un programme de développement ou de mesures fiscales soutenant les entreprises ou même des subventions partielles; bien au contraire, c’est le secteur qui subit la plus grande pression fiscale, avec une multitude de taxes locales et nationales». Partant de cela, voilà ce qu’ils demandent.

I- Mesures fiscales et financières

Actions à court et moyen termes

L’entreprise touristique et hôtelière est aujourd’hui à l’agonie, seules des mesures fiscales et financières audacieuses peuvent la sortir du coma.

Constat

– Le Tourisme au Maroc n’a jamais bénéficié d’un plan de réforme à l’instar des autres secteurs Agriculture, Commerce, Pêche, l’Industrie…

– La faiblesse et la sous-capitalisation des entreprises touristiques et hôtelières se sont profondément aggravées par la pandémie du Covid-19 et a induit :

– Une trésorerie déficitaire.

– Incapacité de faire face à des dépenses urgentes de mise à niveau des produits.

– Incapacité d’honorer des redevances fiscales très lourdes.

– Incapacité de faire face à la masse salariale (pour un personnel normal encore moins pour un personnel qualifié).

– Absence totale d’un budget de commercialisation et de marketing.

Demandes

1- Exonération des taxes locales pendant l’année 2020.

2-Exonération des charges sociales et patronales CNSS, l’IGR pendant l’année 2020.

3- Exonération de l’IS, pendant l’année 2020.

4- Supprimer toutes les charges du secteur touristique en général, y compris celles de la restauration et, surtout, supprimer les différentes taxes communales et les loyers à payer pendant cette période de pandémie et de fermeture des sociétés pour l’exercice 2020.

5- Annulation du paiement de la taxe TPT pour l’année 2020.

6- Activation du remboursement de la TVA pour ceux qui détiennent une créance et revoir la fiscalité du secteur : TVA à faire baisser de 3 points pour les hôtels et restaurants et de 4 points pour les transporteurs touristiques et 5 points les agences de voyages.

7-Réduire la taxe de débit de boisson à 4% au lieu de 6%.

8-Le report immédiat des échéances bancaires non échues et l’annulation des agios y afférents.

9-Revoir la participation de l’Etat dans les salaires des cadres moyens à hauteur de 70% du salaire jusqu’à la reprise normale de l’activité.

10- Ouvrir une ligne de crédit bancaire qui soit égale à 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise, avec un différé d’un an de 2% du taux d’intérêt cautionné par l’Etat, et qui doit prendre en considération le résultat fiscal de chaque entreprise lors des trois dernières années pour limiter l’accès à ce crédit aux nécessiteux et particulièrement les petites et moyennes entreprises.

11- Revoir à la baisse le taux d’intérêt bancaire et du Leasing à 2% cautionné par l’état avec un différé d’une année.

Actions à long terme

Le tourisméme doit être considéré comme secteurnPrioritaire et vital pour l’économie marocaine et qui mérite un traitement prioritaire en terme de :

– Alléger et simplifier la pression fiscale.

– Alléger et simplifier les taxes locales.

- Faciliter l’accès aux crédits bancaires avec des taux bonifiés et cautionnés par l’Etat pour relancer l’investissement.

- Accélérer l’investissement dans l’hôtellerie pour palier le déficit de la capacité litière et assurer une position compétitive de notre package, et création de grands groupes marocains dans le tourisme capables de défendre l’image et la compétitivité du Maroc.

- Mettre en place un plan d’investissement dans le secteur du transport aérien et ouvrir le ciel marocain à des compagnies privées de droit marocain dont le capital sera détenu par des entreprises privées, des institutions étatiques, des personnes physiques et même faire l’objet d’un emprunt public.

- Mettre en place un dispositif financier pour la création de petites et moyennes entreprises liées à l’activité touristique, animation, spécialités touristiques et hôtelières diverses.

II)- AXE PROMOTION, COMMERCIALISATION ET COMMUNICATION :

LE MARCHÉ NATIONAL :

ACTIONS A COURT ET MOYEN TERME :

– Lancer une grande campagne médiatique sur les différentes chaines de TV Nationales, Radios, et la Presse Ecrite, et Réseaux Sociaux pour mettre enavant l’importance du tourisme National comme base de développement du tourisme dans le futur.

– Sensibiliser les MRE à consommer leurs vacances au Maroc par des messages simples.

– Sensibiliser les citoyens Marocains sur l’importance du tourisme National et l’importance de consommer ses vacances à l’intérieur du Maroc.

– Sensibiliser les hôteliers à appliquer des tarifs très compétitifs accessibles aux bourses marocaines par des réductions importantes.

– Demander aux transporteurs publics aériens, ferroviaires et terrestres d’appliquer des tarifs intéressants pour la clientèle Marocaine pendant l’été 2020 particulièrement les mois de septembre, octobre, novembre et décembre.

– Proposer la découverte de l’arrière-pays des Provinces du Maroc.

– Les entreprises touristiques hôtelières sont priées d’assurer d’excellentes prestations en faveur de nos clients marocains, en termes de l’accueil, d’hygiène, qualité de service et de nourriture, programme d’animation adapté… car l’été 2020, sera très décisif dans l’avenir du tourisme National au Maroc.

– Assurer une politique promotionnelle continue du marché National.

– Restructurer le travail des agences de voyages en grossistes et en détaillants.

– Changer les calendriers scolaires des vacances et les programmer sur toute l’année en répartissant les territoires du Maroc par région pour combler les basses saisons et assurer un équilibre des recettes touristiques sur toute l’année et surtout pour éviter la concentration pendant la saison estivale Juillet et Août.

– Faire connaitre l’arrière-pays au citoyen Marocain et l’encourager à
consommer les excursions à l’intérieur du Maroc.

– Organiser des Eductours et des invitations pour les journalistes et medias de tout genre pour participer à l’effort de mise en place de la structure du tourisme National.

– Le tourisme National ne doit pas servir de remplir le vide du tourisme international.

– Lancer une grande campagne pour former le citoyen marocain sur les règles et les techniques de réservation d’hôtel et des excursions.

– Mettre en place une plateforme de réservation dédiée au tourisme National.

MARCHÉ INTERNATIONAL :
ACTIONS A COURT TERME ET MOYEN TERME

– Reprendre contact avec les TO et leur rassurer la subvention du
Co-marketing pour sécuriser les espaces brochures et autres.

– Sécuriser les fréquences aériennes par des accords avec des compagnies low costs.

– Achat ou location ou affrètement de vols Charter via les compagnies
internationales Charters sans impliquer les TO dans le risque aérien.

– Accompagner les Tours Opérateurs par le lancement des grandes campagnes Marketing et Promotionnelles auprès du marché International.

– Soutenir les efforts de tous les TO qui désirent reprendre leurs activités sur le Maroc une fois le ciel, Marocain et Européen, est ouvert par une subvention au niveau Marketing et au niveau des sièges avions.

– Lancer une campagne promotionnelle en été qui concernera aussi bien le reste de l’année 2020 que l’hiver 2021.

– Avoir des instructions claires concernant les mesures sanitaires à mettre en place dans les hôtels, les restaurants, les aéroports, transports touristiques, les taxis…etc…

– Produire des petites brochures en plusieurs langues qui seront distribuées à tous nos clients qui doivent mettre en valeur l’efficacité des plans des mesures préventives déclenchées par le Maroc à l’encontre du Covid-19.

– Produire un manuel des mesures sanitaires adressé au personnel du secteur touristique pour les former à son usage.

Autres mesures à prendre :

Constat :

1- le Maroc est la dernière destination en termes de capacité litière Balnéaire.

2- le Maroc est le seul pays qui ne dispose pas de sa propre compagnie Charter.

3- le Maroc ne dispose pas d’un Institut de langues étrangères.

4- le Maroc ne dispose pas d’un Institut en technologie du tourisme e-tourisme.

5- le Maroc ne dispose pas d’un centre de formation d’animateurs de tourisme.

6- le Maroc est le pays qui a le plus grand nombre d’administration et d’associations du tourisme sans efficacité.  

Suggestions

1. Renforcer le secteur par la création d’un Institut Publique de langues étrangères de grande qualité.

2. Créer un institut de technologie du Tourisme à l’Echelle Nationale capable de produire des cadres pour la création du :

a. Système de réservation Online,

b. Création de circuits de distribution à travers des grossîtes et
des détaillants on line,

c. Création d’une plate-forme digitale d’évaluation de tous les
produits touristiques à l’image de Trip Adviser …

d. la Digitalisation des établissements touristiques et hôteliers, la
modernisation des outils de Marketing et de Promotion.

3- Création d’un grand Institut d’Art et d’Animations très professionnel (le Maroc regorge de grands talents qu’on peut sauver grâce au tourisme).

4. Développer des Tours Opérateurs Marocains pour concurrencer les plates-formes Online étrangères.

5. Mise à niveau des écoles Hôtelières et des Instituts de formations hôtelières
existants.

6. Revoir la formation à tous les niveaux : formation professionnelle, formation
spécialisée des hauts cadres et de management touristique.

7. Accompagnement en formation et modules financiers en faveur des startups spécialisées en tourisme.

8. Numérisation de tous les services de l’hôtellerie et développer le Digital.

9. Organisation de grandes conférences sur le e-tourisme en invitant les grands TO on line.

10. Créer des outils juridiques et commerciaux pour redorer l’image des agences de voyage par un système de notation pour une meilleure crédibilité.

11. Orienter le client à consommer ses voyages et ses vacances chez l’agence de voyage on line ou off line.

En conclusion, les CRT du Maroc, ont un grand rôle à jouer compte tenue de leur mission fédératrice regroupant tous les professionnels du tourisme en harmonie avec la politique de l’État Marocain et ce dans le cadre de la régionalisation avancée, un choix irréversible pour le développement du secteur du Tourisme.

Ainsi, les CRT doivent être dotés d’une autonomie morale et d’une autonomie financière qui lui permettront de mener à bien leurs missions et d’assurer une coordination efficace avec le Ministère de tutelle, avec la CNT et l’ONMT.

 

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

News Feed